France : +33 617 462 772. US: + 1 201 793 7167.
0 Comments June 26, 2018 0 Comments

La transformation numérique du secteur financier Chez IAVENIR nous avons compris vos attentes. La…

admin
Posted by admin

iAVENIR “La transformation numérique du secteur financier”

La transformation numérique du secteur financier

Chez IAVENIR nous avons compris vos attentes.

La transformation numérique redéfinit le commerce dans son ensemble, et le secteur bancaire ne déroge pas à la règle.

La transformation numérique – l’utilisation faite par les organisations des technologies, notamment des plateformes mobiles, des réseaux sociaux, du cloud et de l’analyse de données à grande échelle pour placer les clients au cœur de leurs activités redéfinit le commerce dans son ensemble, et le secteur bancaire ne déroge pas à la règle.

Les entreprises de services financiers font face à un défi unique pour s’adapter aux variations rapides des attentes des clients et des conditions du marché dans un monde de plus en plus numérique : consolider les complexes systèmes existants, assurer la sécurité informatique et s’adapter à des réglementations de plus en plus strictes. Mais celles qui y arrivent profitent d’opportunités de croissance jamais vues jusqu’ici.

Présentation

La transformation numérique est devenue l’enjeu déterminant du monde du commerce dans son ensemble, et IDC s’attend à ce que d’ici la fin de l’année, les deux tiers de 2000 plus grandes entreprises du monde l’aient placée au centre de leur stratégie d’entreprise. Les analystes estiment que cette année, la moitié des dépenses en informatique des organisations toucheront aux technologies et services de la transformation numérique, un chiffre qui devrait atteindre 60 pour cent d’ici trois ans.

Toujours selon IDC, le secteur financier est conscient de l’importance de cette tendance, et les banques européennes la considéraient déjà l’an passé comme leur principale priorité, devant la sécurité, la protection des données et le respect des réglementations.

Transformation numérique du secteur financier

Pour les banques comme pour tous les autres types d’entreprises, la transformation numérique consiste à maintenir la pertinence pour les client en donnant la priorité aux technologies qu’ils ont pris l’habitude d’utiliser dans leur vie quotidienne, comme les réseaux sociaux et les plateformes mobiles.

L’investissement du secteur financier dans cette tendance est clair selon une récente étude d’IDC portant sur des banques italiennes , qui a révélé que les trois plus grandes applications d’analyse de données à grande échelle visaient à l’engagement des clients, devant des services tels que la prévention des fraudes ou la gestion de la conformité des données.

Les banques se sont également fixé une marche à suivre claire sur la voie de la transformation numérique : cette même étude a découvert qu’elles considéraient le développement des services bancaires mobiles comme la priorité numéro un dans le domaine, suivi par la numérisation des agences, l’amélioration de l’engagement numérique des clients et la création de services bancaires par vidéo.

Le rôle essentiel de la virtualisation et du cloud

Pour que les organisations atteignent cet objectif, elles doivent tout d’abord consolider leurs systèmes back-end et front-end existants, une tâche particulièrement difficile pour le secteur financier – mais des solutions existent déjà pour relever ce défi.

Les banques sont très au fait des technologies dont elles ont besoin pour que l’informatique ne soit plus un coût, mais deviennent une prestation de services internes – l’étude d’IDC a révélé que les services informatiques considèrent la virtualisation de l’infrastructure et l’adoption de modèles de distribution dans le cloud privé comme public comme des moteurs majeurs de la croissance.

Les organisations financières savent qu’elles doivent être plus flexibles et prendre plus d’initiatives pour répondre aux demandes du marché, et qu’elles doivent passer à une infrastructure informatique capable d’interagir avec l’écosystème extérieur.

Pour atteindre ces objectifs, elles revoient leurs priorités et passent à une gestion de projets plus agile, à une meilleure utilisation des ressources, à une infrastructure plus résiliente et sécurisée, et à l’informatique normalisée, toujours selon l’IDC.

Cloud : le contrôle du coût des ressources reste aléatoire

La migration du système d’information vers les infrastructures Cloud se poursuit à un rythme soutenu. Pour les DSI, le challenge est désormais de peaufiner le processus de contrôle et de suivi des coûts. Les entreprises doivent apprendre à maitriser les modèles de consommation et de coûts des services de cloud relève un récent rapport du cabinet 451 Research. Un constat partagé par Canalys dans ses dernières statistiques sur le marché mondial des offres d’infrastructure (IaaS et PaaS).

Premier constat : les entreprises ont tendance à provisionner plus de ressources que nécessaire. Ainsi, seulement 16 % des 146 revendeurs interrogés au mois d’avril estiment que leurs clients utilisent effectivement les ressources qu’ils ont payé. À l’inverse, ils sont 13 % à affirmer que leurs clients « gaspillent » plus de 40 % des ressources facturées.